Décalage des signes astrologiques et de l'horoscope: un nouveau zodiaque ?

Une des principales critiques des astronomes à l'égard de l'astrologie tient au fait qu'il existerait un décalage des signes astrologiques à cause du phénomène de la «précession des équinoxes». Ce décalage serait si important que, la plupart du temps, il n'y aurait pas de correspondance entre le signe astrologique et la position du soleil dans le zodiaque. Et si vous n'êtes pas du signe que vous pensiez être, il y a de bonnes raisons de croire que la description des personnalités astrales est faussée, et que vous lisez l'horoscope de quelqu'un d'autre.

En réalité, ce décalage est bien connu des astrologues, et cette critique classique des astronomes est réfutée par l'argument voulant qu'il soit question de deux zodiaques distincts.


Voyons d'abord le point de vue de l'astrologie. Les 12 signes du zodiaque, qui ont tous une étendue angulaire de 30 degrés (le cercle complet de 360 degrés divisé par 12), font référence à un système qu'on appelle «l'astrologie tropicale». Le départ de ce zodiaque tropical est le point vernal, c'est-à-dire l'intersection entre l'écliptique (la trajectoire apparente du soleil) et l'équateur céleste (la projection de l'équateur de la terre sur la voûte céleste). Pour simplifier les choses, disons que l'arrivée du soleil au point vernal marque le début du printemps et l'entrée dans le signe du Bélier. C'est donc l'astrologie tropicale et ses 12 signes zodiacaux de taille égale, qui se rapportent aux saisons, et non pas à la position du soleil dans les constellations du ciel, qui est généralement utilisée dans notre astrologie occidentale.

À l'inverse, «l'astrologie sidérale» - celle des astronomes - est basée sur la trajectoire apparente du soleil dans les constellations du zodiaque. Bien que ces constellations portent les mêmes noms que les signes conventionnels de l'astrologie (ce qui ne devrait pas étonner car c'est de là qu'elles tirent leur nom), ces groupes d'étoiles ne sont pas de la même dimension, c'est-à-dire que certaines constellations sont plus étendues que d'autres.

Avec ces notions de base en tête, nous pouvons maintenant entrer dans le vif du sujet : le décalage des signes du zodiaque. Lorsque les bases de l'astrologie ont été posées par Ptolémée, il y a presque 2000 ans, les signes astrologiques et les constellations correspondaient à peu près (mais pas exactement car la taille des constellations varie, alors que celle des signes est constante).

Depuis, un lent mouvement de l'axe de rotation de la terre - appelé «précession des équinoxes» - produit un décalage entre les constellations et les signes astrologiques, autrement dit entre le zodiaque tropical et le zodiaque sidéral. Ce mouvement est lent à l'échelle d'une vie humaine (à peu près un degré tous les 72 ans) mais, après de nombreux siècles, le décalage actuel correspond presque à un signe complet.

Autrement dit, un natif du Scorpion serait né (grosso modo) alors que le soleil était dans la constellation de la Balance, et une personne du signe du Capricorne serait née alors que le soleil était (à peu près) dans la constellation du Sagittaire. Voici les dates précises de la position du soleil dans les constellations du zodiaque sidéral (à comparer avec les dates des 12 signes astrologiques occidentaux) selon les données de l'Union astronomique internationale:

Bélier : 19 avril au 13 mai, et 17 et 18 mai
Taureau : 14 au 16 mai, et 19 mai au 19 juin
Gémeaux : 20 juin au 20 juillet
Cancer : 21 juillet au 9 août
Lion : 11 août au 15 septembre
Vierge : 16 septembre au 30 octobre
Balance : 31 octobre au 22 novembre
Scorpion : 23 novembre au 28 novembre
Serpentaire (Ophiuchus) : 29 novembre et le 17 décembre
Sagittaire : 18 décembre au 17 janvier
Capricorne : 18 janvier au 15 février
Verseau : 16 février au 11 mars
Poissons : 12 mars au 18 avril

En comparant ces dates avec celles des signes astrologiques, on peut constater que le décalage est si important que les horoscopes actuels seraient pratiquement inutilisables. Ce décalage entre les signes et les constellations est cependant connu de longue date (depuis la Grèce antique, en fait) et n'affecte pas l'astrologie tropicale, qui est basée sur les saisons et non pas sur la position du soleil dans les constellations. Dans certains pays asiatiques - l'Inde en particulier -, on utilise le zodiaque sidéral en astrologie et les horoscopes sont adaptés aux signes qui correspondent exactement aux constellations.

Il n'en demeure pas moins que les astrologues occidentaux n'expliquent pas pourquoi il y aurait eu correspondance entre signes et constellations justement au moment des débuts de l'astrologie...

Dans l'énumération des dates limites en astrologie sidérale, on remarquera également la présence d'un 13e signe astrologique dans le zodiaque : le Serpentaire (ou Ophiuchus), ce qui complique encore davantage la notion de signe et d'horoscope.